Cala Goloritzé

Les Côtes Sardes

L’aspect géologique de l’ île sarde, constituée essentiellement de schistes, granits, calcaires et trachytes volcaniques, a déterminé la variété des côtes en Sardaigne.

On passe rapidement d’un type de côtes très élevées avec falaises à pic sur la mer, à une côte à rias, plus riche de criques et promontoires qui délimitent des plages merveilleuses. La côte à falaise peut être formée de schistes de la période Cambrienne, à Nebida – Masua dans le sud ouest de l’ île, ou formée de calcaires du Crétacé et du Jurassique dans les hautes falaises de Capo Caccia et Punta Cristallo, près de Alghero, ou dans les côtes sauvages de la baie de Orosei, entre Cala Gonone et S. Maria Navarrese.

Dans la baie de Orosei la côte est entièrement préservée, visible seulement par mer ou à pied, à travers de splendides plages crées par les torrents qui, au cours de millions d’années, ont tracé des sentiers abrupts et sinueux, appelés “codule”, qui se jettent dans une mer turquoise.

Ne pas manquer les très belles plages de Cala Fuili, Cala Luna, Cala Sisine, Biriola, Mariolu, Golritzé. Une autre partie de côte particulièrement intacte est celle volcanique entre Alghero et Bosa, où nidifie le vautour griffon, que l’on peut facilement voir planer sur le promontoire de Capo Marrargiu.

Il s’agit d’une côte de 40 kms, sans habitation, ponctuée de quelques nouraghes, tours espagnoles et étables pour animaux : moutons, chèvres et bovins qui vivent librement à l’état sauvage. Au sud ouest de la Sardaigne, les deux grandes îles de San Pietro e San Antioco sont également en trachyte volcanique. p>

Les côtes les plus célèbres de la Sardaigne sont celles en granit, parce qu’elles sont plus riches de plages et d’ îlots. Dans le sud est de la Sardaigne, rappelons le territoire entre Cagliari et Capo Ferrato avec Villa Simius et Costa Rei, Capo Carbonara et l’ île Serpentaria et toutes les nombreuses et splendides plages.

A l’ouest de Cagliari, il est indispensable de rejoindre la très belle plage de Chia, et de là poursuivre vers la Côte du Sud, entre Capo Spartivento et Capo Teulada, pour admirer l’ île Tuaredda avec sa plage homonyme. De Capo Malfatano on peut bénéficier d’un magnifique panorama vers toutes les autres plages. Allons maintenant vers le nord est, en Gallura, où la côte est certainement la plus belle de la Sardaigne. Les guides Dedalo vous la feront découvrir dans toutes ses particularités, en voiture pour rejoindre les localités les plus célèbres, et à pied pour visiter les sites les plus secrets. A partir de Badesi, le granit devient porphyrique vers l’est, en particulier à partir de l’Isola Rossa jusqu’à la Costa Paradiso, rejoignant les très belles plages de Cala Rossa et Li Cossi.

Plus à l’est, vers Santa Teresa, on rejoint les plages protégées par le promontoire de Monti Russu, Cala Pischina et Rena Majori, pour arriver à la péninsule de Capo Testa qui donne sur les Bouches de Bonifacio, avec ses énormes blocs de granit érodés par le vent. C’est un territoire appelé la Vallée de la Lune, qui a inspiré les sculptures sinueuses du sculpteur britannique Henry Moore.
Plus à l’est, vers Palau, le parc maritime des îles de la Maddalena est un des archipels les plus beaux au monde, avec des couleurs qui acquièrent les transparences de tous les bleus jusqu’au vert émeraude.

Comment ne pas rappeler Cala Coticcio à Caprera, Cala Corsara et Cala Granara sur l’île de Spargi, la plage rose sur l’île de Budelli et le Port de la Madone, miroir de mer turquoise entre les îles Budelli, Razzoli et Santa Maria avec la plage splendide du Cavaliere.

La beauté de ces côtes ne s’arrête pas là, elle continue avec la Costa Smeralda (Côte d’Emeraude) avec ses 55 Kms de côtes mises en valeur par le prince Karim Aga Khan.
L’important flux touristique des mois de juillet et août n’influe pas sur la pureté et la beauté de cette mer, puisqu’elle se régénère les autres mois grâce aux courants et au Mistral qui balaie les impuretés et oxygène l’eau.
Plus au sud d’Olbia, après le promontoire sauvage de Capo Ceraso, on peut rejoindre Coda Cavallo, qui s’étire vers les îles de Tavolara et Molara, le cœur du parc maritime homonyme. De là on peut apercevoir les plages de Brandinchi et Lu Impostu et continuer vers San Teodoro pour rejoindre la merveilleuse plage de la Cinta.

 


Imprimer